jens-johnsson-mobiles

Discussion #2 : Peut-on être écolo tout en utilisant un smartphone ?

Juste une question qui se balade dans mon esprit et sur laquelle je souhaite réfléchir publiquement.

A une époque où le smartphone est omniprésent, se poser cette question semble extrême. Pourtant, j’ai encore quelques survivants dans mon entourage qui ont fait le choix de vivre sans smartphone. La motivation est rarement écologique mais plutôt libertaire, et je trouve cela encore plus beau.

Néanmoins, aujourd’hui c’est sous le prisme du militantisme écologique que je souhaite interroger l’utilisation du smartphone. En effet, c’est une question qui me taraude depuis de nombreux mois. Et quelques connaissances malveillantes s’en sont souvent servies contre moi comme un argument prouvant mon manque d’engagement écologique. Alors plutôt que de poser des questions oralement en les laissant sans réponse, je la pose ici à l’écrit. Cela m’aidera peut-être à comprendre ce qui m’empêche de franchir le pas. Et qui sait, peut-être que quelques lecteurs.trices apporteront leur grain de sel !


Être écolo, c’est quoi ?

Ma réponse à cette question ne va pas être exhaustive tant je pense que l’écologie est un domaine de recherche immense. Néanmoins, me définissant moi-même comme une personne écolo, j’aurais envie de dire que l’écologie est avant tout une façon de penser plus qu’une façon de consommer. Acheter des légumes bio et une brosse à dent en bambou c’est très bien mais ce sont des attitudes plus proches du domaine de la consommation que de celui de l’écologie. Cette consommation réfléchie et durable fait partie d’une « nouvelle » façon d’envisager la place de l’Homme et de la Femme au sein d’un écosystème. Il s’agit donc de remettre en question des schémas consuméristes aliénant dans lesquels l’Homme et la Femme sont simplement consommateurs au lieu d’être des êtres vivants parmi d’autres êtres vivants.

Ainsi, être écolo c’est aussi faire l’économie d’objets qui ne sont pas indispensables aux individus en tant qu’espèce. C’est se passer des injonctions consuméristes contemporaines.

Enfin, et c’est à mes yeux une des bases de la conscience écolo, le choix de soutenir ou de ne pas soutenir les entreprises dont les valeurs défendues ne correspondent pas à celles de la société que nous souhaitons voir se dessiner.

Acheter et vivre avec un smartphone car notre société l’a rendu indispensable constitue une attitude dans laquelle le respect des ressources et la prise de conscience de leur essoufflement se sont arrêtées au stade du consentement. Nous sommes tous d’accord pour dire que notre façon de vivre n’est pas durable et pourtant nous sommes une majorité à nous acheter des téléphones intelligents.

Mais le smartphone est réellement devenu indispensable. Non pas pour moi en tant qu’individu, mais pour moi en tant que jeune citoyenne sociabilisée, vivant en France et travaillant dans une société dotée de nouveaux codes sociaux. 

Le smartphone un objet méga-pratique !

Tout d’abord, j’utilise mon smartphone pro pour travailler. Si je n’exerçais pas mon travail actuel, je pense que je pourrais travailler sans. Tout de suite maintenant, ce n’est pas le cas. Mais il est clair que je devrais questionner mon travail actuel.

Ensuite, le smartphone est un objet rendant plus rapides et moins chères certaines actions du quotidien, comme celle de commander un Kapten ou de vérifier mon itinéraire sur Citymapper pour justement éviter de prendre un taxi. Mais ce n’est pas tout. Je peux lire l’actualité en temps réel, je peux lire mes emails persos dans les transports plutôt que chez moi, j’ai la capacité de discuter avec plusieurs ami.es à la fois tout en faisant la queue à la caisse d’un magasin et repérer un événement sympa en bas de chez moi et enfin, comble de modernité, je peux à la fois prendre une photo, lancer un podcast et vérifier ma géolocalisation. Tout cela avec seulement deux pouces. Sauf que là pareil, pris une à une je m’aperçois que chacune de ces actions pourraient très bien être réalisées sans smartphone. Je ne pourrais pas tout faire à la fois comme maintenant, cela me prendrait plus de temps, mais peut-être que mon quotidien serait aussi plus détendu.

En somme, on peut tout de même dire que le smartphone permet de vivre avec son temps. D’être dans une norme sociale confortable qui permet de ne pas être le hippie de sa bande de potes. On ne vous traite pas différemment, on n’a pas besoin de se rappeler que vous n’avez pas accès à Facebook si vous n’êtes pas chez vous. De la même façon que l’invention de la photographie, la naissance du cinéma et l’arrivée du téléphone dans les logis ont provoqué de vives critiques en leur temps, je ne veux pas être cette vieille peau qui refuse les nouvelles inventions en bloc.

Finalement, lorsque tout le monde à un smartphone, on le questionne moins.

Pour conclure sur cette réflexion du jour : 

L’utilisation quotidienne d’un smartphone est un compromis contradictoire. Il me permet d’aller plus vite d’un endroit A à un endroit B, d’optimiser mes rendez-vous, de vérifier l’adresse d’un resto enregistré sur Mapstr plutôt que de laisser oeuvrer le hasard. Tant de choses que je souhaite pourtant ralentir voire changer dans ma vie pour avoir un quotidien plus conscient.

Je crois aussi que le smartphone renferme tout un tas de peurs contemporaines, telle que la célèbre #FOMO ou « Fear Of Missing Out » ou « peur de rater quelque chose ». Mais aussi des peurs plus profondes telles que la peur de se perdre, la peur de perdre du temps, la peur de ne pas avoir accompli ma TO DO à la fin de la journée, la peur de ne pas être assez performante, la peur de ne pas pouvoir vérifier une info immédiatement. En seulement quelques années, nos quotidiens ont pris une toute nouvelle allure.

Loin de moi l’envie de vivre comme au Moyen-Âge (et d’envoyer mon cher et tendre se faire trucider à la guerre pendant que je chope la peste). Je préfère largement la modernité. J’ai cependant la sensation que la modernité c’est justement aussi la chance de pouvoir faire des choix conscients, comme celui de vivre de façon durable et éco-citoyenne. C’est donc aussi la possibilité de ne pas vivre aux crochets d’objets énergivores qui finalement ne nous rendent même pas plus heureux.


Alors que faisons-nous tartempion ? Dois-je continuer de dissocier valeurs et actions comme s’il s’agissait de deux choses différentes ? Que m’apporte réellement le smartphone ?

Je ne me sens pas le courage d’abandonner le smartphone, même si en me lisant, cela semble être une décision sage. En attendant, je peux continuer à organiser des Days Off ou des petites sorties sans. La dernière en date m’a fait ressentir un détachement et une liberté proches de l’adrénaline.

Et un phone qui n’est pas smart ce n’est pas si mal non plus pour communiquer avec la planète tout en la respectant un petit peu plus.

Penses-tu que nous puissions vivre sans smartphone dans 10 ans ? Je crois qu’au fond de moi j’en rêve. Cela nous donnera à tous la chance de croiser à nouveau des regards.

Crédits photo : Photo by Jens Johnsson 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s