Station de ski

Allez-vous skier à Pâques ?

Le ski aime-t-il la montagne ?

Les vacances de Pâques sont souvent les dernières où l’on puisse aller skier. C’est aussi le début d’une période difficile, de plus en plus longue, où les stations voient leurs télésièges et les chalets de montagne, vides.

Ayant découvert le sport de glisse toute petite, j’ai grandi en associant les vacances de février ou de Pâques à la neige. Du ski toute la journée, un déjeuner au sommet puis à 18h : petite pause en admirant les montagnes depuis le chalet avant une raclette infinie.

Cependant, voilà maintenant 5 ans, que pour des raisons diverses et variées, je ne suis pas retournée à la montagne. Cela me manquait beaucoup au début. Mais plus je réfléchis au ski plus je me rends compte que son univers est devenu de plus en plus paradoxal.
Il y a chaque année moins de neige, mais comme nous voulons encore skier, nous multiplions l’utilisation des canons à neige. Or, plus nous utilisons les canons à neige, plus nous participons au réchauffement climatique, et donc moins il y a de neige. Voilà un sacré cercle vicieux dans lequel nous nous faisons rapidement aspirer…
Aussi, les stations de ski ont vu le jour pour faire connaître la montagne aux citadins français à partir des années 60. Néanmoins, afin d’attirer toujours plus de vacanciers, les stations de ski sont devenues elles-mêmes des lieux attractifs reprenant tout à fait la composition d’une ville. Le vacancier quitte la ville pour se ressourcer à la montagne, et puis finalement il y retrouve les mêmes commerces et les mêmes attractions qu’en ville. Etrange n’est ce pas?

Pour creuser un peu plus la question, je viens de découvrir le reportage : L’argent de la neige. Il m’a permis d’y voir un peu plus clair sur la question du business du ski. J’y ai appris des choses mais malheureusement le sujet n’y est pas assez approfondi. Cela dit, il est un bon point de démarrage pour seulement remarquer qu’en effet, il existe un problème. Aussi, un peu comme le vin et le fromage, il est important de remarquer que la France est pionnière dans l’architecture des premières stations de ski grand public. Ainsi, le sujet semble d’autant plus difficile à aborder lorsqu’il s’agit d’une fierté nationale… Et, il est vrai, une belle richesse économique.

Au même titre que quelqu’un qui adore prendre des longues douches, chacun doit être libre d’aller skier 3 fois par an s’il le souhaite. Je pense qu’il est seulement nécessaire de connaître les conséquences de cette activité lorsque nous nous apprêtons à y organiser nos prochaines vacances. Le ski est un moyen de se rapprocher de la nature, de mieux la connaître et donc de l’aimer. Seulement, sommes-nous prêt à privilégier ce plaisir à court-terme en sachant que nous détruisons la montagne même?

Le reportage L’argent de la neige a été diffusé sur LCP. N’hésitez pas à partager en commentaire votre réflexion sur le sujet et toute source nous permettant de juger la situation et d’affiner nos arguments.

Vive le Printemps!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s